Vendredi, 26 Avril 2019

Afrique du Sud, 20 ans de démocratie.

Quand l’Afrique du Sud a connu les premières élections libres après le régime de l’Apartheid le 27 avril 1994, l’ANC était vu comme le parti de la libération, des noirs, de Mandela et toutes les espérances pour cette démocratie naissante. 20 ans après ces premières élections libres, l’Afrique du Sud s’apprête le 7 mai 2014 à voter pour son nouveau président.

En 1994, l’ANC avait largement gagné les élections, mais Nelson Mandela avait souhaité un gouvernement d’unité nationale afin de passer « en douceur » à un régime post-apartheid. Prenant enfin les commandes économiques du pays, l’ANC héritait d’une situation très difficile pour la population noire.

L’une des principales préoccupations était la possession des terres agricoles, essentiellement blanches « White aera » avec des populations noires qui étaient déracinées dans les townships ou « parquées » dans des zones tribales. Aujourd’hui, 20 ans après, cette question de la propriété de la terre n’est pas réglée. La majorité des exploitations agricoles appartient encore aux blancs, malgré certaines lois permettant aux noirs d’exploiter une partie ou des troupeaux sur ces terres agricoles en échange de leur travail dans ces fermes.

Le gouvernement de l’ANC en place aujourd’hui reste très timide sur cette redistribution des terres entre les différentes populations. L’exemple du Zimbabwe, où les fermiers blancs ont été chassés du jour au lendemain, ne permet pas aujourd’hui de voir dans une solution radicale un véritable avenir. La redistribution des terres reste donc encore aujourd’hui l’un des principaux sujets de la campagne de 2014 et une forte attente des populations vivant dans ces campagnes.

Lire l'article.