Vendredi, 26 Avril 2019

La compagnie publique d'électricité Eskom annonce des délestages ces prochains mois.

La compagnie publique d'électricité sud-africaine Eskom, qui tourne constamment à la limite de ses capacités, a commencé à procéder à des délestages jeudi, les stocks de charbon alimentant ses centrales ayant été mouillés par de fortes pluies inhabituelles.

Les délestages ont débuté jeudi à 09H00 (07H00 GMT) et devraient durer jusqu'à 22H00 (20H00 GMT), a précisé Eskom, qui fournit 95% de l'électricité du pays, dans un communiqué. D'une durée de deux heures chacun, ils devraient tourner d'un quartier à l'autre.

Le porte-parole de la compagnie Andrew Etzinger a indiqué à la radio 702 que les délestages se poursuivraient sans doute vendredi, au moins. Ils pourraient néanmoins être écourtés si la consommation baisse suffisamment, les habitants ayant été appelés à couper les pompes des piscine et éteindre les chauffe-eau et autres appareils non essentiels.

Les pluies incessantes qui tombent sur le pays depuis une semaine font que le charbon est trop mouillé pour être utilisé dans de bonnes conditions dans les centrales thermiques, a expliqué Eskom, entre autres problèmes techniques.

La compagnie publique avait déjà émis trois avis d'alerte depuis novembre, mais elle avait réussi à éviter les délestages, la réduction de 10% de leur consommation demandée à ses clients industriels, usines ou mines, ayant été suffisante.

Première puissance économique du continent, l'Afrique du Sud tourne depuis plusieurs années avec un réseau électrique à la limite de ses capacités, faute d'investissements suffisants alors que de millions de consommateurs supplémentaires ont été raccordés, notamment dans les townships noirs privés de courant sous le régime ségrégationniste de l'apartheid.

Le pays avait connu de fort coûteux délestages en 2008, qui ont décidé les autorités à lancer un grand plan de construction de nouvelles centrales et de rénovation des infrastructures existantes.

Mais ces travaux ont pris du retard, faisant vivre les Sud-Africains --régulièrement priés de couper l'air conditionné l'été et le chauffage l'hiver-- sous la constante menace de coupures d'électricité.