Saturday, 25 May 2019

Deux structures partenaires veulent solidifier l'unité artistique.

Culture

C’était le samedi 17 septembre 2016, à « Civic Centre de kempton Park » (Johannesburg), qu’a eu lieu la conférence de presse de la structure «  Interafric Music et son partenaire UEPINET ».

Cette rencontre avec la presse Sud-africaine et d’ailleurs, avait pour thème : « solidifions l’unité artistique en Afrique par un pont culturel : le cas de la musique ».

Après avoir remercié la présence des autorités et des invités, le conférencier principal et PDG de ladite structure, Monsieur José Farlex Kei a laissé entendre qu’il était temps pour que le pont culturel qui a toujours existé entre l’Afrique du Sud et le reste de l’Afrique, soit renforcé davantage. Pour l’exposant, la nation de  l’icône Nelson Mandela reste une grande plateforme pour les artistes africains en général, et ceux des musiciens en particulier, pour promouvoir  la vente de  leurs œuvres discographiques (CD, DVD). L’Afrique du Sud qui a pour  pseudonyme «  nation de l’arc-en-ciel » regorge d’une population de plus de 60 millions d’habitants dont la majorité est passionnée de musique.

Pendant sa présentation, l’orateur, José Farlex Kei a souligné que cette nouvelle compagnie de disques servira de relais entre l’Afrique Australe et le reste de l’Afrique, à partir de la ville  de  Johannesburg en Afrique du Sud, le lieu officiel de distribution des disques. Il a  souligné  et déploré l’absence de la promotion et  de distribution  d’ albums des artistes de talents  comme Alpha Blondy (Côte d’Ivoire), Koffi Olomidé (RDC), Khaled (Algérie), Doudou Copa (Congo Brazzaville), Meiway (CI), Fally Ipupa (RDC), Chantal Taiba (CI) , Joss Kezo (CI), Ferré Gola (RDC) , Flobby (Burkina Faso), Mounira Tchala (Tchad) , Oumou Sangaré (Mali), DJ Arafat (CI), Monique Seka (CI) etc.  en Afrique du Sud et autour dudit pays ; pendant que  des artistes vedettes sud africains  tels que  Zahara l’auteure de la chanson « Loliwe », Johnny Clegg « I call your name », Lira, Zonke, pour ne citer que ceux-là,  sont  distribués  et appréciés dans le reste de l’Afrique.

 José Farlex et son équipe ont annoncé officiellement que ce relais musical sera effectif afin que les artistes africains amplifient leurs répertoires discographiques et de spectacles en Afrique australe, parce que les mélomanes de la  diaspora et des populations sud-africaines sont très avancés  en nombre, ceux-là qui sont passionnés  aussi et surtout de la musique d’ailleurs.

Dans son second point, José Farlex a souligné que les Awards qui  distingueront et récompenseront les talents de toute  l’Afrique à travers le concept  d’innovation dénommé « African International Awards 2016 », pourraient avoir un parrain provenant de n’importe quel horizon et  de  bord social ; pourvu qu’il soit objectif et avoir une vision eu égard  la valorisation de la culture africaine qui demeure  un facteur  tangible d’intégration et de  cohésion sociale entre les peuples d’Afrique et d’ailleurs ; de même  pour les Awards des Ivoiriens (Ivorian Awards) qui auront lieu en 2017 en Afrique du Sud.

Un cocktail a été offert au public présent, à la fin de la conférence de presse par les organisateurs de la cérémonie. Cette belle rencontre a été soutenue par la musique des artistes que sont : Salif Kéita, Alpha Blondy, Ferré Gola, Joss Kezo, Monique Seka, Koffi Olomidé et l’espoir de la musique ivoirienne Princess AZ BETTY pour émerveiller et  remercier  les illustres  invités qui ont pris part à la dite  conférence.