Mercredi, 17 Octobre 2018

Joe Kalela brise le silence et l'emporte.

Sport


Il n’est toujours pas évident de donner le meilleur de soi-même après s’être éclipsé du public pendant une durée relativement longue. Après la défaite encaissée en date du 1er décembre 2016 à Emperor Palace dans la ville de Johannesbourg face au sud-africain Jabulani Makhense, Joe Kalela Kadumbu s’est   retiré de la scène après avoir passé deux ans à Hammer Gym sous la supervision de Harold comme entraineur qui, selon Joe, est aussi compté parmi les meilleurs entraineurs de la ville de Johannesbourg. Pour Joe, le manque de maitrise de soi et d’encadrement associés à la peur étaient à la base de ladite défaite. Mais les choses ont remarquablement évolué dans la vie de professionnelle de ce jeune boxeur d’origine congolaise depuis quelques temps. De sa vie professionnelle à sa vie sociale en passant par sa vie amoureuse, Joe Kalela n’a qu’une et une seule ambition : Devenir champion du monde. En tout état de cause, il s’inspire d’aucun boxeur mais confirme avoir beaucoup d’estime pour Junior Ilunga Makabu dont le style de combat et la performance ne lui sont pas indifférents. A plusieurs reprises Joe Kalela a nourri la pensée d’adhérer à un autre club de boxe dans le but de se rendre plus actif dans sa carrière, de se faire connaitre et aussi de faire de la publicité autour de son nom. Mais les avantages professionnels sur lesquels il pouvait baser sa décision d’adhérer à un autre club de boxe ne lui étaient pas encore présentés. Il a donc dû faire   la ronde de quelques clubs avant de faire son adhésion à Rocky’s Boxing Gym Club.
« A Junior Assoya je donne tous les mérites ; il aime ce qu’il fait et il le fait bien. Avec lui je me sens physiquement en forme et complètement rassuré ; c’est en fait le secret de ma victoire face à Jetro Shabangu »

D’entrée de jeu, Joe Kalela donne son opinion sur son nouveau promoteur et son nouvel entraineur et pense être au bon endroit et entre des bonnes mains. Il se voit faire une longue carrière à Rocky’s Boxing Gym Club et affirme avoir plus de chance d’améliorer sa performance. Dès lors il compte y rester et le confirme en ces termes : « Rocky Wainstein, est très professionnel et est animé d’un grand respect pour les valeurs et les relations humaines. Il n’est pas raciste et encore moins xénophobe ; pour lui c’est le travail qui compte le plus. Il n’a pas de favoris parmi les boxeurs de son club et est correcte dans ses relations avec ces derniers ». Tout en sachant qu’il aura aussi affaire à Junior Assoya comme entraineur principal au sein du même club, Joe Kalela lui donne aussi tous les mérites d’un bon entraineur : « En moins de 3 ans ma performance aura atteint un niveau assez élevé. En dehors des leçons sur des palettes qui ne m’étaient pas données ailleurs, Junior se concentre aussi sur les exercices d’aptitudes physiques que je juge indispensables ; car après tout on ne peut pas se contenter seulement des séances de sparing comme je l’ai remarqué ailleurs. En outre j’ai l’opportunité de livrer plusieurs combats en tant que membre de Rocky’s Boxing Gym Club et pour ça je dis : Merci Junior !» ajoute-t-il. Et Partant du fait qu’avec Rocky Wainstein plusieurs opportunités s’ouvriront devant lui et en faisant preuve de patience et surtout de professionnalisme, Joe Kalela pense qu’il soit trop tôt de parler sponsor. Selon lui, il est encore question d’améliorer au préalable son record professionnel puisqu’en réalité c’est sur base dudit record qu’à n’importe quel moment les sponsors officiels pourront se prononcer. Tout compte fait, Joe Kalela avait besoin de sortir de son silence et de réapparaitre en public ; il avait apparemment besoin de livrer, tant soit peu, quelques combats pour se remettre. Avec ses 61 kg, ce boxeur de la division de Light Weight ne semble pas avoir perdu son physique ni son savoir-faire.  
 

Dans un combat de 4 rounds et face à Jetro Shabangu de nationalité sudafricaine, Joe Kalela a quand même pris le temps d’étudier son adversaire pendant les deux premiers rounds avant de donner le meilleur de lui-même. Dans un début relativement lent et un peu hésitant, Joe Kalela s’est montré plus défensif que combattif. Et Assisté par Junior Assoya son entraineur et en même temps soigneur pour la circonstance, Joe a réussi, tant bien que mal, à suivre les instructions lui données par celui-ci. En outre, face à un public assez enthousiasmé, c’est à partir du 3ème round que Joe s’est rendu compte que la défaite n’était pas au rendez-vous et que le minimum auquel il pouvait s’attendre était un match-nul. Mais les motivations de la part des boxeurs professionnels qui ont pris part à cette matinée, et des personnes qui lui sont proches l’ont poussé à se déchainer et à viser plus haut. C’est au 4ème et dernier round que Joe se prononce : Avec plus d’effort et de précision, il brise son silence, se défonce sur son adversaire jusqu’à la fin de ce round ; et au dernier coup du sifflet marquant la fin du combat Joe Kalela Kadumbu est déclaré vainqueur. De ce qui précède, il serait relativement tôt de confirmer que la carrière professionnelle du boxeur Joe Kalela Kadumbu vient de prendre une nouvelle tournure, mais soulignons que ce jeune   congolais de la RDC semble loin d’avoir pris une mauvaise décision quant à son changement de club, de manager et surtout d’entraineur. Il s’est exprimé devant la presse pour informer que d’ores et déjà il a aura un calendrier rempli et il en est fier. Malgré cette première victoire issue de son tout premier combat depuis son adhésion à Rocky’s Boxing Gym Club ladite victoire qui fait la fierté de son nouveau manager et de son nouvel entraineur, Joe Kalela pourrait avoir encore du chemin à faire pour atteindre le niveau requis par cette profession d’une part et par son entraineur d’autre part. Il s’agit d’un long parcours dans lequel Joe vient de s’engager et qu’il doit réaliser ; car en effet, un trajet de plusieurs kilomètres commence toujours par un premier pas. Dès lors, de la patience, de la persévérance et surtout de la discipline sont attendues de lui.