Mercredi, 23 Mai 2018

Eric Ntumba: « Ceci m’a valu de recevoir un award pour les 10 ans de l'université"

Eric Ntumba Bukasa, un jeune leader africain d’origine congolaise (RDC). Bsc IT Honours degree with Cum Laude (NWU), MPA (ENA-France), Summa Cum Laude, Mandela-Washington Fellow Public Management Track, Clinton School of Governance (U of A).

Eric Ntumba a été le premier étranger à l’Université du North-West (NWU) Vaal Triangle Campus à accéder à cette prestigieuse fonction de président de SRC de cette Université et surtout pour toute l’Afrique du Sud.

Eric Ntumba nous accorde cette brillante interview qui nous relate son remarquable parcours universitaire et en leadership à NWU et ainsi nous partage ses exploits opérés malgré les difficultés et les défis auxquels il a été confronté face à un système universitaire à dominance Afrikaans élitistes...

Eric Ntumba: « La densité de l’Histoire ne détermine aucun de mes actes. Je suis mon propre fondement. Et c’est en dépassant la donnée historique, instrumentale, que j’introduis le cycle de ma liberté. » Frantz Fanon…

Propos recueillis par James Yamungu.

Franco-SA: Quand êtes-vous arrivé en Afrique du Sud?
Eric Ntumba: Je suis arrivé en Afrique du Sud en Aout 2001 à Pietersburg, connu aujourd’hui sous le nom de Polokwane.

Franco-SA: Quel était l'objectif de votre séjour ici?
Eric Ntumba: Je suis venu pour mes études universitaires que j’ai suivies d’abord à Potchefstroom University  puis à NWU après le processus de fusion et d’incorporation de l’époque. J’y ai obtenu un BSC IT, puis un Bsc IT Honours degree with Cum Laude.
Franco-SA:  Pouvez-vous nous parler de votre expérience à l'Université du North-West (NWU)   en tant que Francophone?

Eric Ntumba:     L’expérience a été intéressante, on était moins de 1% d’étudiants étrangers, Francophones pour la plupart… je crois qu’on était 5 seulement et tous congolais. La population estudiantine de NWU a très vite adopté cette petite communauté qui s’est agrandi au fil du temps.

Franco-SA:        Comment êtes-vous parvenu à devenir membre du SRC?

Eric Ntumba:     Je me suis fait élire d’abord comme Cultural Officer en 2002 pendant ma première année. Ce fut la première fois qu’un étudiant de première accède à un portefeuille et la première fois qu’un étudiant étranger accède au SRC à NWU.   L’année qui a suivi, j’ai réédité l’exploit en me faisant élire président du SRC et là, ça été la première fois qu’un étudiant étranger accède à cette fonction pour toute la RSA.

Franco-SA:        Quels sont les défis que vous avez rencontrés lors de votre passage au SRC?

Eric Ntumba:     D’énormes défis d’inclusion sociale et raciale. Nous vivions dans la toute jeune société post apartheid, juste au moment où les politiques d’accès à la jeunesse  défavorisée, noire par essence, commençaient à porter du fruit dans ce qui fut un bastion du Boer Bond,  la très fermée et élitiste Potchefstroomse Universiteit Vir Christelike Hoer Onderwys  (PUK). Ça n’a donc pas été de tout repos. Il y avait d’énormes tensions que nous avons réussies à gérer collectivement en essayant tant bien que mal d’impulser une culture de vivre ensemble allant au-delà d’une cohabitation pacifique des deux blocs raciaux majoritaires.
  Le plus grand défi, une fois la pacification interne acquise a été celui de la préserver lorsque nous avons été contraints de fusionner avec l’Université du North-West et d’incorporer Vista Sebokeng au Vaal Triangle Campus.

Cet exercice a été difficile mais j’ai réussi à en prendre le pilotage avec succès, mettant sur pied une nouvelle constitution institutionnelle qui tiens jusqu’au ce jour et un équilibre démocratique entre les différents campus sans anéantir l’effort de transformation recherché par l’exercice du ministère de l’enseignement.

Ceci m’a valu d’être honoré et de recevoir  en Septembre dernier le NWU Alumni award pour les 10 ans de l’Université après la fusion comme l’une des 10 personnes ayant contribué à façonner NWU depuis son existence et cela au côté d’illustre personnalité comme FW Declerk. J’avais déjà pour cette contribution reçu en 2004 la médaille d’honneur du Conseil de l’université.  [Ndr : voici le link sur YouTube ]

 Franco-SA:        Comment êtes-vous parvenu à les surmonter lors de votre passage au SRC?  
Eric Ntumba:      La clé du succès a été le don de ma personne au travers de réunions qui n’en finissait pas, des longues heures à parcourir des centaines de Km entre les différents campus et mon habilité à prendre du recul sur la question raciale.

Franco-SA:        Quel a été le pire des souvenirs pendant que vous étiez au SRC?

Eric Ntumba:     Mon pire souvenir a été la tentative de récupération xénophobe des deux autres candidats à la présidence du SRC en 2003, qui étaient des amis avec qui j’avais siégé dans le SRC précèdent. Avec le recul je concède que face à ma cote de popularité de l’époque c’était de bonne guerre pour eux… tous les moyens étaient jugés bon pour contrecarrer mon ascension.

Franco-SA: Quel a été le meilleur des souvenirs?

Eric Ntumba:     J’hésite entre le jour de mon élection , porté par la liesse populaire j’ai vu combien ce campus croyait en mon leadership et le jour où après de longues négociations en seul à seul juste accompagné de Jerry Babady, SRC en charge des résidences à l’époque, j’ai réussi à décrocher l’accord du SRC de Vista Sebokeng  pour le volet estudiantin de leur intégration à NWU, une négociation pour laquelle  je n’avais pas obtenu le mandat formel du parlement et que tout le monde, jusqu’au  ministère de l’éducation jugeait comme étant la plus difficile de tout le processus…la joie que j’ai eu en annonçant à mon "student parliament" et au management que  j’avais obtenu l’accord impossible dans ce Vista hautement politisé de l’époque me revient comme une heure de gloire.
 

Franco-SA:      D'après votre expérience, quelles sont les difficultés rencontrées par les étudiants étrangers?
Eric Ntumba:   La plus grande difficulté est l’inscription je dirai avec toutes les démarches qui vont avec. Une fois cela fait, la plupart des campus disposent de facilités adaptées venant en soutien aux étudiants étrangers (sauf le nôtre à l’époque…).

Franco-SA:    Si vous deviez être un des membres du bureau des étudiants étrangers, que conseillez-vous aux étudiants francophones?

Eric Ntumba:     Je leur conseillerai de vivre pleinement leur expérience Sud-Africaine et d’éviter l’effet de cocon où on se retrouve entre francophones à parler et à vivre par proxy les vies de nos pays respectifs… je leur dirais lâchez-vous, les "Mfwetu" ont tellement de chose à offrir, prenez le temps de les découvrir avec eux, faitessauter les cloisons !