Samedi, 17 Novembre 2018

Miss CongoSA,Maria Karavataki:“Il est difficile de se créer une identité étant métisse

Maria Karavataki est la nouvelle miss Congo-SA. Elle a été élue ce vendredi 11 décembre à Johannesburg lors de la finale de la 4e édition de ce concours de beauté.

La jeune étudiante congolaise en génie civil vit en Afrique du Sud depuis 2012.

Cette 4e édition sous le thème « Embracing Culture » a vu une métisse remporter la couronne, ce qui a créé des protestations voire de la colère dans la communauté congolaise:« Est-elle vraiment congolaise ? »,  « Pourquoi pas une congolaise de sang pur ?» Des questions que nous avons posés à Maria Karavataki qui a livré une interview à l’équipe de Franco-SA.

Franco-SA : De quelle partie de la RDC êtes-vous originaire ?

Maria Karavataki : Je suis originaire de la province du Katanga plus précisément de la ville de Lubumbashi.

Franco-SA : Maria, vous êtes métisse, pouvez-vous nous dire lequel de vos parents est congolais ?

Maria Karavataki :Effectivement, je suis issue du métissage, mes deux parents sont congolais, mais je tire plus mes origines congolaises du côté de ma mère parce que ses deux parents sont tous les deux congolais, mon père, pour sa part n'est congolais que par sa mère.

Franco-SA : Il est répandu que les métisses jouissent de certains avantages, surtout dans les pays africains, dites-nous, au Congo, jouissez-vous aussi de ces « avantages » ?

Maria Karavataki : En tant que congolaise, j’ai parfois rencontré des difficultés, c’était difficile pour les autres de me reconnaitre comme une des leurs, parce que les congolais, comme vous le savez bien sont très conservateurs. Beaucoup peuvent penser qu' être métisse est un avantage mais détrompez-vous, on me refuse d’être blanche et d’autre fois encore d’être noir et vice-versa, il est donc difficile dans ces conditions de se créer une identité.

Franco-SA : Quelles sont les langues que vous maitrisez ?

Maria Karavataki : je parle couramment le français, le swahili, et l’anglais. 

Franco-SA : Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à la compétition de Miss Congo SA ?

Maria Karavataki : Tout d’abord, l’idée de pouvoir représenter mon pays ici en Afrique du sud, je trouve cette idée noble et surtout très excitante et ensuite je dirais l’amour du jeu ; ça fait déja quelques années que je suis cette compétition de loin et c’était un rêve d’y participer un jour à mon tour.

Franco-SA : Quel message adressez-vous à la communauté congolaise en ce jour?

Maria Karavataki : le message que je porte à la communauté internationale est tout d’abord un message de remerciement, merci pour votre confiance, merci d’avoir fait de moi votre représentante pour l’année qui suit et je vous promets de toujours tout faire pour vous représenter dignement et avec sincérité et courage partout où j’irai, les valeurs de notre pays seront toujours respectées. Tel est mon engagement envers vous aujourd’hui.

L’intégralité de l’entretien de Maria Karavataki sera publiée dans le Retro Mag qui paraitra en janvier 2016.