28 Juin 2017

Stella Mpisi:Je suis Sud-Africaine sur papiermais les réalités restent contradictoires

Par Franco-SA, le 27 Juillet 2015 à 11:59:55

Stella Mpisi, d’origine congolaise est une poète et auteur de plusieurs livres. Elle partage son expérience en tant que fille d’immigré.
Elle repond aux questions de Franco-SA.

Franco-SA: Cela fait combien de temps que tu vis en Afrique du Sud?

Stella: Comme beaucoup de Congolais, mes parents étaient des immigrés en Afrique du Sud à peu près une année avant ma naissance. Je suis donc née en Afrique du Sud. Néanmoins, je me considère comme étant une immigrée car mes racines se trouvent en République Démocratique du Congo. C’est là que je me sens « chez moi ».

Franco-SA:  Quels sont les défis que vous avez rencontrés en tant que immigrée?

Stella: Les défis, il y en a bien plus que j’aurai pu imaginer! J’ai la chance d’avoir la nationalité Sud-Africaine sur papier, mais les réalités sur terrain sont contradictoires. Premièrement, parce que je ne parle aucune langue autochtone, je suis victime de tant de discriminations et d’injustices au niveau professionnel et social. Durant les récentes atrocités de xénophobie, je n’ai pas été exemptée des regards et des paroles de haine. Imaginez-vous qu’en 2011 lorsque je me suis rendu à un bureau de Home Affairs pour un nouveau passeport, l’officier à refuser de m’aider, me disant que je suis une « fausse Sud-Africaine » et que je ne mérite pas la nationalité car je ne parle qu’Anglais. Bref, avoir la nationalité Sud-Africaine est bien beau, mais elle n’efface pas la discrimination et les injustices sociales.

Franco-SA: Comment pensez-vous qu'un immigré devrait s'intégrer en Afrique du Sud?

Stella: Malheureusement, les dynamismes pour qu’un immigré s’ingère en Afrique du Sud varient selon la race, la nationalité, et l’environnent socio-économique. Il est donc difficile de donner une idée générale car les données varient d’une personne à une autre. En particulier, pour les membres de la diaspora Africaine, les choses ne sont pas aussi faciles, mais elles ne sont pas impossibles non plus. Toutefois, il est avantageux d’apprendre à s’exprimer dans une ou deux langues locales (des salutations et une ou deux phrases utiles) et d’éviter, si possible, les milieux où l’étroitesse d’esprit vis à vis la diversité culturelle.

Franco-SA:  Avez-vous gardé des liens avec le Congo?

Stella: Bien sûr ! Le Congo restera toujours mon pays et au-delà des liens familiaux, j’ai une litanie d’amis qui vivent encore au pays. Aussi, dans les cadres sociaux, je me présente comme Congolaise et non Sud-Africaine. Je trouve que tout immigré est un diplomate pour son pays quel que soit le métier ou rang social. Voilà pourquoi je suis fière de représenter le Congo et de parler le Français, le Lingala, le Kikongo et un tout petit peu de ma langue maternelle, le Kiyombe. (Rires)

Franco-SA. Quels sont les souvenirs que vous avez gardés du Congo?

Stella: La toute première fois que mes parents m’ont emmenée au Congo était lorsque je n’avais que deux ans pour le deuil d’un de mes grands-parents. Evidemment, je ne m’en souviens plus. Par après, nous sommes allés à Kinshasa lorsque j’avais neufs ans pour les vacances de Noël. Alors là, je m’en souviens très bien ! Mais les souvenirs les plus vifs sont ceux de mes six ans d’école secondaire que j’ai passés à Kinshasa. La vie est tellement différente là-bas et je trouve qu’on est un peuple très social. Les meilleurs souvenirs sont ceux des études humanitaires à Kinshasa : l’école Catholique, le système éducatif, les professeurs, les activités parascolaires et mes amis. La nostalgie n’est jamais loin lors que je parle de mes expériences à Kinshasa !

Franco-SA: Quels sont les éléments de culture que vous avez gardés?

Stella: Comme je l’ai mentionné ci-haut, la langue est un élément que j’ai tenu à garder quel que soit ma position géographique. Aussi, je tiens à certaines mœurs Congolaise. J’ose croire que le plus grand élément culturel que j’ai gardé est la cuisine Congolaise ! J’adore la nourriture Congolaise ; non seulement la manger mais aussi la préparer. J’ai été bénie d’apprendre à préparer des multiples de plats traditionels et chaque mois j’en prépare au moins un ! J’aime aussi la musique (surtout la rumba « old school » du Congo) et m’habiller en liputa (tissus africains)!

Franco-SA: Qu'est-ce qui vous a inspiré à devenir auteur?

Stella: J’ai commencé à écrire dès l’âge de huit ans. Au commencement, je n’écrivais que des fantasmes typiques de petite fille ; mais ma vraie passion pour l’écriture à été inspirée par les tragédies et les douleurs de ma vie. Au fait, j’ai vécu une enfance très douloureuse et le seul moyen que j’ai trouvé a me « libérer » de mes chagrins était d’écrire et de chanter. Au départ, je n’écrivais que des chansons et des poèmes, mais plus tard je l’ai trouvé plus efficaces d’écrire des courtes histoires et des livres. Aujourd’hui, je m’inspire toujours de mes émotions, mais non pas plus seulement des émotions mélancoliques, mais aussi de la joie et de la satisfaction. A présent, je n’écrire pas seulement pour m’aider personnellement à surmonter des épreuves, mais j’écrire beaucoup plus pour inspirer la jeunesse en particulier.

Franco-SA: Vous êtes également "public speaker" quels sont les sujets que vous abordez souvent?

J’aime utiliser mes expériences personnellement pour motiver les jeunes. Je parle sur l’estime et l’amour de soi, l’optimisme et la persévérance, les relations amoureuses parmi les jeunes, le Christianisme et bien d’autres topiques. Tout récemment (ben, depuis 2014), j’ai commencé une campagne contre le "colorisme" (les discriminations subies en fonction de la couleur de la peau qui contrairement au racisme, s’observe au sein d’un même groupe ethnique). Ayant été victime du colorisme à cause de ma peau sombre, ceci est un topique sur lequel je me focalise scrupuleusement.

Franco-SA: Avez-vous déjà été stigmatisée à cause de vos origines?

Stella: A multiples occasions ! Souvent, les Congolais sont attachés à d’innombrables stéréotypes négatifs. Cela nous affecte au quotidien. Une occasion, en particulier, était lorsque des policiers ont stoppé un véhicule dans lequel j’étais pour fouiller nos papiers. Nous étions tous Congolais et j’étais la seule avec un document d’identité Sud-Africain. Tout le monde avait des passeports Congolais avec des visas valides sauf une dame qui avait oublié son passeport chez elle. Ils l’ont mise dans leur véhicule de police puis ils ont voulu m’arrêter aussi car, selon eux, les Congolais ont souvent des papiers Sud-Africain frauduleux. Ils ne m’ont pas cru lorsque je leur ai dit que j'avais les papiers Sud-Africains car je ne parlais qu’Anglais. Voilà une occasion triste mais vraie.

Franco-SA: Parlez-nous de vous:

  • Qu'aimez-vous manger? J’adore la cuisine Italienne ! Tout ce qui est Italien chatouille mes papilles ! Aussi, j’adore les bananes plantains (depuis le bas âge) et je suis fan du poulet (bien plus que la viande rouge d’ailleurs) ! Côté cuisine traditionnelle Congolaise, j’aime bien le fumbwa, le pondu et le bitoto (du Bas-Congo).
  • Quelles études avez-vous faites? J’ai étudié le Marketing et j’ai fait quelques cours en Gestion des Projets. A présent, j’étudie la Littérature Anglaise et l’Ecriture Créative.
  • Quelle est votre plus grande qualité? Ah, voilà deux questions (les deux dernières)  quelque peu difficiles à répondre ! (Rires). Toutefois, je vais essayer de répondre avec toute franchise :J ‘ose croire que ma plus grande qualité est mon optimisme et ma persévérance ; deux qualités que j’ai appris de ma défunte mère. Il est très difficile, pour ne pas dire impossible, qu’une situation me fasse baisser les bras. Pour moi, tant qu’il y a la vie, rien n’est impossible.
  • Quelle est votre plus gros défaut? Mon plus grand défaut est celui d’une mémoire d’éléphant. Parfois ceci est une qualité, mais souvent elle nuisible. Je pardonne facilement, mais il est très difficile que j’oublie ce qui fait que les mémoires des méfaits surgissent facilement lorsque quelqu’un me fait du mal. Cela me rend parfois méfiante des gens dans certaines situations.

Franco-SA: Qu'est-ce que les gens ne savent pas sur vous mais que vous aimeriez partager avec Franco-SA?

Stella: This is a difficult one! (Rires). Entre environ 8 et 13 ans, j’étais un garçon manqué (pas beaucoup, mais assez)! Je m’habillais en « baggy jeans », casquette à l’envers, T-Shirt trop élargi et basquettes. J’aimais le rap et mon rappeur préféré était Eminem (dont je connaissais toutes les lyriques des chansons de son album de 2001). J’aimais grimper aux arbres et sauter des murs. Toutefois, j’avais toujours un côté féminin çà et là. (Rires). Voilà quelque chose que personne ne connait à part ceux avec qui j’ai grandi.

Franco-SA:  Quel message aimeriez-vous adresser aux lecteurs de Franco-SA ?

Stella: C’est un grand honneur pour moi de pouvoir répondre à ces questions pour Franco-SA. Bien que mes œuvres littéraires et mon blog soient souvent en Anglais, mon souhait a toujours été de m’intégrer dans la communauté francophone. Sur ce, ça me ferait énormément plaisir si vous preniez le temps de lire mon blog et peut être aussi mon autobiographie et mes autres œuvres. J’espere qu’ils vous inspireront.

Nos vidéos sur YouTube

Taux de Change du Rand

Annonces

  • L'Agence de tourisme Gettha Agency qui se focalise sur les voyages, les études, les soins médicaux, le tourisme et l'évènementiel, (au Gabon et en Afrique du Sud) organise pour vous 2 colonies de vacances.
    Une au Gabon du 05 Juillet au 18 Juillet 2014 : Thème : L'Océan au rythme des maraies, étude de l'environnement et connaissance de la nature; L'autre à Cape Town du 01 Août au 31 Août 2014. Pour plus d'informations et réservations :
    Contact : +241 0768 73 37 ou +27 73 798 4124.
    Email : taniaekome@gmail.com / info.getthagency@telkomsa.net; www.getthaagency.com
  • Marcelle Njomkam Sworn Translator and Interpreter offers the following services:
    Translation: French-English-Portuguese.
    Birth Certificate
    School and University Certificate
    Extract of Criminal Record and Other Documents
    Interpretation during Conference
    Business meeting
    Workshops
    Contact: 076 775 8129
    Email: macellous1980a@yahoo.com
  • Marcelle Njomkam Traductrice et Interprète Assermentée offre les services suivant:
    Traduction : Français-Anglais-Portugais.
    Acte de Naissance
    Diplômes Académiques
    Extrait de Casier Judiciaire
    Interprétation pendant les Conférences
    Rendez-vous d'affaire
    Atelier de travail
    Contact: 076 775 8129
    Email: macellous1980a@yahoo.com
  • Sworn translator of the high court of South Africa. Pour tous vos besoin de traduction (Français - Anglais et Anglais - Français).
    Contact: 078 156 3519
    Email: fredericktutu@gmail.com

Publicité

Retrouvez-nous sur Facebook

Inscrivez vous à la newsletter

Se désinscrire